Nouvelles des Navigateurs

Ce blogue a été conçu par Nycole - VE2KOU et se veut un point de rencontre
entre les navigateurs, familles et amis du Réseau du Capitaine et de la CONAM.

LA CAMPAGNE DE FINANCEMENT 2016 EST LANCÉE et nous remercions à l'avance tous nos amis/navigateurs/supporteurs qui nous permettent de poursuivre nos activités.
Vous désirez participer ? - facile en utilisant
un virement INTERACT expédié à l’adresse : ve2kou@lereseauducapitaine.qc.ca

mardi 1 novembre 2016

GRACE - Lucie et Robert - RÉCIT VANUATU

J'espère que vous allez bien et que vous avez eu un bel automne.

Nous, nous venons d'arriver en Australie et nous avons eu une belle traversée.

Vous trouverez ci-dessous le récit de notre voyage au Vanuatu

C'est toujours un plaisir d'avoir de vos nouvelles.

Lucie et Robert





Arrivés à Anatom le 3 mai, après une traversée assez difficile, nous sommes bien contents de toucher terre même si on a
un peu le mal de terre...

Bienvenue dans un pays hors du temps, les gens, les habitations, les cultures tout est différent..

Environ 30 minutes après avoir
jeté l'ancre, les officiels (douane,
immigration et quarantaine)
viennent nous saluer dans leur
embarcation et nous demande
d'aller à leur bureau pour les
formalités d'entrées.

Il faut
mentionner qu'ils sont présents
sur l'ile car un paquebot est
actuellement dans la baie et
celui-ci nécessite leurs présences...

Les formalités sont faites aisément avec beaucoup de
courtoisie mais pour le paiement...Ils n'ont pas de reçu
donc nous devrons aller payer à Port Villa (la
Capitale).

Pour toutes les formalités, nous débourserons
au total 440$US pour un séjour de plus de 3 mois.

Une partie des formalités a été faite en Français et oui,
le pays a 3 langues officielles (français, anglais et
Bichlamar) en plus 110 langues et dialectes que l'on
retrouve sur leur territoire...

Mais pourquoi le français et l'anglais ici.

Tout au long du
XIX siècle, ce pays fait l'objet de rivalités en Français et
Anglais. En octobre 1906, une entente entre la France
et l’Angleterre crée une administration commune
appelée le ``condominium des Nouvelles hybrides``.

Le français, l'anglais et le bichlamar sont et resteront les langues
officielles du pays. En 1980, poussée par le milieu anglophone le Vanuatu accède à son indépendance même si on n'est
pas tout à fait prêt au dire des francophones.

Un gouvernement Anglophone non modéré dirigera le pays pendant les
premiers 12 ans (information reçu d'un ancien ministre qui a même fait de la prison au début de l'administration
anglophone), mais depuis, ce sont des gouvernements modérés anglophones et francophones qui se succèdent à la tête
du pays.

Dans certains villages, il y a des écoles françaises et anglaises, les parents décident au tout jeune âge à quelle école
l'enfant ira. Il n'est pas rare de retrouver dans une même famille 3 enfants à l'école anglaise et 3 enfants à l'école
française..

Cependant même si l’on retrouve des iles plus francophones, on constate que l'anglais est plus parlé. Les
jeunes doivent apprendre au moins 2 des langues officiels le bichlamar avec le français ou l'anglais.

Le bichlamar
ressemble un peu à l’anglais (voir les jours de la semaine) Il permet aux gens de communiquer entre
eux considérant qu’il y a plus d’un dialecte par île.

Cependant, la qualité de l'apprentissage diffère beaucoup d'une île à l'autre. En général, on constate
que le niveau de connaissance des jeunes d'aujourd'hui et beaucoup moins élevé que les gens de notre
âge.

La qualité de la formation et l’intérêt des parents pour l'école laisse beaucoup à désirer.



Le Vanuatu c'est aussi un archipel volcanique de plus de 80 iles. Elle est le point de rencontre de 2
plaques tectoniques continentales, sur la ceinture de feu du Pacifique, pas surprenant d'y retrouver de
nombreux volcans en activités
permanentes...


Et oui, on ne pouvait pas passer près du Volcan le plus
accessible du monde sans y faire une escale pour
admirer cette force de la Nature et c'est sur l'ile de
Tanna que l'on peut voir cette merveille.


Apres une nuit en mer, à barrer avant de faire réparer le
secteur brisé durant la traversée. Nous arrivons à Port
vila à la Marina ou nous prenons une bouée.


Apres 1 semaine à la capitale, les travaux complétés
(secteur du pilote automatique et balcon arrière)on fait
un tour de l'ile.


Nous retrouvons aussi nos amis Catherine et José (Voilier
Saudade)(prochain rendez-vous au Québec dans 4 ans).


L’approvisionnement complété on quitte pour Epi, Malekula
(Port Sanwich) bel ancrage, village francophile, gens
sympathiques. On y retrouve d'excellents pamplemousses,
oranges, citrons, papayes, corossols ..etc.


Puis, nous prenons la route des Tam-Tams et des sculpteurs
d'Ambrym. Nous jetons l'ancre au pied de cette ile volcanique
de sable noire avec ses 2 volcans toujours actifs. Plusieurs
maisons sont sur pilotis.


Sur l'ile de la Pentecôte, nous faisons la découverte des plantations
de taro cultivés dans des bassins hydriques (le taro prend environ 5
ans avant d'atteindre sa maturité pas surprenant que le prix de
vente soit intéressant et de voir de plus en plus de gens en produire.
Le taro est un légume racine très calorique, il est la basse de
l'alimentation avec le manioc.

Les iles volcaniques du Vanuatu sont très fertiles, ici quelqu'un peut
y vivre même s'il ne travaille pas, la foret est très généreuse. Les
bananiers, les papayes, les platanes, les citons, les mangues etc.
poussent facilement.


Mais l'ile de la Pentecôte est connue et reconnue pour ses sauts du Gaul... Tous les ans les hommes du village de Bunlap,
construisent autour d'un arbre élagué une immense tour de lianes et de bois et exécutent des sauts avec les lianes, très
spectaculaires et ces sauts sont accompagnés de danses.

Pour la première fois nous voyons des nambas (étui pénien fabriqué avec
des feuilles de pandanus (vêtement traditionnel))

Nous découvrons par la suite les Yachts club de Luftong et de Maewo
(belle chute et randonnée)

Souvent sur les iles, on ne retrouve
aucun magasin, épicerie, et les banques
sont très rudimentaires...


Bienvenue dans les Banks, sur l'ile de Gaua, nous sommes les invités
d'honneur de la fête des enfants. Ici pas d'électricité, pas d'internet
pour la musique on a en autre la Water Musique`unique au monde.

On fera escale à Vanua Lava accueilli avec des
fleurs au Yatch club de Kerely et Elisabeth.

Que
voyons-nous parmi les drapeaux suspendus au
plafond et oui le drapeau laissé pas `Cat
Mousses`(voilier québécois avec 4 enfants qui
était de passage ici 2010)


Au Vanuatu, il n'a pas d'endroit où l'on va ou on n'est pas sollicité pour
des choses à réparer, à donner, à échanger, à recharger...Ici les gens
n'ont rien ou presque rien. Pas d'outil, pas de matériel pour entretenir
quoi que ce soit, ils n'ont pas de connaissance technique non plus. On
peut comprendre pourquoi ils ont tant de besoins...

On prend le temps
de répondre à leurs demandes. Sur l'ile de Gaua, on répare la seule
barque en fibre de verre (elle a des trous dans le fond), une machine à
coudre manuel...., à Vanua Lava 2 jours ne suffisent pas pour remettre
un moteur en marche, plusieurs problèmes, on en règle un finalement
mais on n'est pas équipé pour
terminer la réparation
peut-être qu'un autre voilier
pourra les aider.

On laissera au
yacht club de Vanua Lava une
lumière améliorée et
fonctionnelle et un drapeau
signé.


La météo nous permet de nous rendre en voilier au cœur du cratère
d'un ancien volcan à Ureparapara.

Bienvenu, nous sommes le premier
voilier de l'année, Dans la grande majorité des iles visitées, il n'y a pas
de facilité pour les bateaux d'approvisionnements, on transporte à dos
d'homme le matériel.

Dans les Torres, au premier matin en guise de bienvenue, on nous offre
les réputés crabes de cocotier. Juste pour cela, nous sommes contents
d'être au Torres et par surcroit pour fêter la St-Jean Baptiste nous les
dégustons.....

Mais attention si celui-ci se détache, il pourrait bien vous couper un doigt... et oui au cours de la nuit, ce qui pouvait
arriver arriva et un des crabes de cocotiers s'est retrouvé en liberté sur la plage arrière de Grace...

Heureusement avec
les pinces grippes, Robert a pu l'immobiliser et le confiner pour l'empêcher de se libérer à nouveau. Mais il n'était pas
très coopératif pour entrer dans la marmite le soir venu…


Depuis plus de 10 jours, nous attendons une fenêtre météo pour nous permettre de retourner vers le sud. Nous sommes
toujours le seul voilier dans l'ancrage et nous dégustons des crabes de cocotiers au 2-3 jours.
Apres 2 reprises, enfin le vent nous est un peu favorable, nous
quittons tôt le matin, l’ancrage des Torres destination Espiritu Santo.
Sur cette ile, nous avons déjà fait escale à la belle plage de
`Champagne Beach`` et au bel ancrage d'Oyster Island.


Avant
Nous retournons à la deuxième ville du Vanuatu `Luganville`.
Ici lors de la deuxième guerre mondiale, les Américains on
fait de cet endroit le plus grand port et aéroport militaires
dans le pacifique après Hawaï.

Les installations ont servi lors
de la guerre contre le Japon. Le Président Coolidge
(paquebot de luxe converti en transporteur de troupes pour
les besoins de l'armée américaine) a coulé tout près de la
plage après avoir déclenché 2 mines (américaines) en
octobre 1942, 5000 hommes étaient à bord mais seulement
2 périrent.

En quittant le Vanuatu, les américains se débarrassent
de tout le matériel de guerre en jetant à la pointe de l'ile
appeler aujourd'hui `Million Dollar Point` camions
bulldozers jeeps etc. etc. à quelques pas de la plage.


Prochain escale : Port Stanley. Là, les locaux nous
apprennent qu’il y a environ 1 mois, lors du dernier
tremblement de terre, la mangrove a asséché, une baisse de
20 cm du niveau de l’eau. Ceci nous a été corroboré par les
habitants des Maskalynes qui nous informent qu'une nouvelle
plage a vu le jour sur l'ile depuis peu....


Dans les Maskalyne nous dégustons le mud crabe, nous
avons la chance de voir aussi un dugong, de nombreuses
tortues sans oublier les pirogues à voile (si vous passez par
ici, il serait reconnaissant si vous leur donniez une voile...)

De retour à Port Vila nous visiterons le jardin secret, c'est vrai qu’il y a de nombreux secrets:
Le dernier cas de cannibalisme 1969 et les femmes soient plus belles si les dents sont cassées

Sans oublier les Sandroing: figures géométriques
réalisées à même le sol avec les doigts. Ces figures
sont considérées comme une forme d'écriture
préexistante avant l'écriture européenne. Elles
étaient utilisées pour laisser des messages.

En 2003,
UNESCO proclame les Sandroing du Vanuatu comme
un chef d'œuvre oral et immatériel de l'humanité.
Au musée nous apprenons qu'il y a environ 3500 ans,
des navigateurs mélanésiens d'origine de PapouasieNouvelle-Guinée,
ont colonisés ces terres. Puis les
navigateurs européens qui quelques années plus
tard ont apporté les missionnaires.


En apportant la religion, ils ont eu des effets positifs sur la disparition du cannibalisme mais des effets moins bénéfiques
sur la navigation hauturière. Les premiers missionnaires interdisaient l'utilisation des pirogues de haute mer associées
à la coutume et au rituel voyant ainsi leur travail simplifié lorsque les indigènes étaient
moins mobiles...

À cet époque ont retrouvaient des pirogues amphi dromes (la proue devenait la poupe
au besoin) double de 30 à 40 mètres équipées de voile et de pagaies, elles pouvaient
transporter plus de 100 personnes.

Ici on a vu des petites pirogues utilisées principalement pour la pêche dans les baies.


Nous quittons ce pays le
23 aout après y avoir
passé plus de 3 mois et
demi.


Prochaine destination
Nouvelle Calédonie
Nous quittons vers 6h du
matin la bouée de Port
Vila après avoir complété la veille les formalités de départ


Nous avons du bon vent avec une mer bien formée. On fait tout
le trajet à voile avec une température agréable.

Nous avions
planifié arriver à la passe d'Havannah une heure après la marée
basse soit 6h45 du matin pour avoir des conditions idéales pour
traverser ce passage.

Nous avons dû un peu nous ralentir pour
ne pas être trop tôt et nous sommes arrivé à Nouméa le 25 aout
à 14h30 avec le soleil et avons jeté l'ancre devant la Marina de
Port Moselle.

Lucie et Robert

Aucun commentaire: