Nouvelles des Navigateurs

Ce blogue a été conçu par Nycole - VE2KOU et se veut un point de rencontre
entre les navigateurs, familles et amis du Réseau du Capitaine et de la CONAM.

LA CAMPAGNE DE FINANCEMENT 2016 EST LANCÉE et nous remercions à l'avance tous nos amis/navigateurs/supporteurs qui nous permettent de poursuivre nos activités.
Vous désirez participer ? - facile en utilisant
un virement INTERACT expédié à l’adresse : ve2kou@lereseauducapitaine.qc.ca

mardi 12 mai 2015

LATITUDE - Benoit et Gabriel en navigation

Septième courriel.
Bonjour à tous et toutes,
Le 11 mai à midi notre position était : 30d 43m N; 071d 36m W. Dans les dernières 24 heures, nous avons parcouru 111 milles vers notre objectif. Ce matin à 9h45 cela faisait exactement une semaine que nous étions en mer. Sept jours, en mer comme sur terre, c'est 168 heures. Là s'arrête toutefois la comparaison! En mer il n'y a pas une journée pareille. Il n'y a pas non plus de lundi ou de wow c'est enfin vendredi et le début de la fin de semaine! Tout ce temps à ne voir que le ciel et la mer n'est-ce pas ennuyeux? Mais non!!! Non seulement chaque journée est différente, mais chaque nuage, chaque vague, chaque souffle du vent se distingue et agit à sa façon sur le bateau et les humains qui y vivent. Chaque heure diffère des autres et procure des émotions uniques. Entre la caresse trop agressive d'une vague sur le bateau ou d'une rafale de vent sur les voiles, on est continuellement à la recherche d'un équilibre toujours précaire, mais parfois magique entre le vent, la mer, la machine et les humains qui s'y trouvent!

Une semaine en mer c'est aussi le moment où les petits bobos ressortent. La hanche qui en a marre d'absorber toujours les coups chaque fois qu'une vague nous projette vers le comptoir de la cuisine. L'épaule qui commence à réagir à force de wincher ou encore ce genou qu'on calait pour se stabiliser qui, tout à coup, devient douloureux précisément lorsqu'on refait ce geste. Une semaine, dans une courte traversée comme la nôtre c'est aussi le moment ou on commence à entrevoir la fin. Dans notre cas, nous sommes à 360 milles de l'arrivée. On chasse toutefois rapidement cette image de l'arrivée pour revenir à l'essentiel et se dire qu'il faut profiter de chaque moment qui reste parce que, justement, une traversée est un ensemble de moments uniques qu'il faut saisir pendant qu'ils passent! Parce que c'est un privilège qu'on a de vivre ainsi pleinement chaque heure de chaque journée et de chaque nuit dans cet endroit si particulier qu'est le milieu de l'océan!
A tous nous vous disons Bonne Semaine!
Gabriel et Benoit
PS Hier nous avons pu arrêter le moteur hier après un petit 8 heures à 15h45 et, depuis, nous sommes toutes voiles dehors en ciseaux! Nous avons empanné, mais restons en ciseaux. La suite demain!

Aucun commentaire: