Nouvelles des Navigateurs

Ce blogue a été conçu par Nycole - VE2KOU et se veut un point de rencontre
entre les navigateurs, familles et amis du Réseau du Capitaine et de la CONAM.

LA CAMPAGNE DE FINANCEMENT 2016 EST LANCÉE et nous remercions à l'avance tous nos amis/navigateurs/supporteurs qui nous permettent de poursuivre nos activités.
Vous désirez participer ? - facile en utilisant
un virement INTERACT expédié à l’adresse : ve2kou@lereseauducapitaine.qc.ca

lundi 30 novembre 2015

JEAN DU SUD - Yves - JOURNAL DE BORD

27 novembre

C'est ce qu'on a fait. On quitte Marigot Bay vers 11 h., mais l'alizé souffle très au sud de l'est et à force 7 (grand frais). Notre intention est de faire route vers Antigua, plus à l'est, où on a de meilleurs chances de trouver un mécanicien compétent qui sache réparer notre moteur, ainsi qu'un spécialiste des frigos qui pourra refroidir le nôtre ; pour nous élever au vent, on choisit de faire le tour de St-Martin par le nord, afin d'être plus au vent avant de faire route vers le sud-est. Mais la mer est très grosse et on avance à peine, et on décide de relâcher l'anse Marcel, tout à fait au nord de l'île, qu'on atteint en début d'après-midi. On y passe le reste de la journée, espérant que le vent mollisse et revienne à sa position normale, est un peu nord.

28 novembre

Pour nous donner toutes les chances, au lever du jour, vers 6 heures, on embarque le dinghy sur le pont (on l'avait laissé à la traîne hier) et on quitte l'anse Marcel à 0700. Un grand bord vers le nord-est pour nous dégager de l'île, puis on vire de bord vers le sud dans l'espoir d'atteindre Antigua ; pour ce faire, il faut faire route au 130 (sud-est), mais le mieux qu'on puisse faire, c'est entre180 et 210 degrés, et encore, à cause de la mer qui est très forte et qui nous freine. À ce cap, on se retrouverait à Panama ! Alors, on décide de relâcher à Saint-Barth, qui est à 17 milles au sud de St-Martin. Mais pour y arriver, il faudra tirer des bords, car St-Barth est à l'est, pour y arriver il faudrait naviguer au 120 degrés. On est contraint de tirer des bords et à cause de la mer qui est très forte, le mieux qu'on puisse faire d'un bord sur l'autre est 45 degrés lorsqu'on est tribord amures, et 180 sur bâbord. On finit par relâcher vers 1600 à l'ilet Fourchu, après avoir parcouru 31 milles dans l'eau pour faire 13 milles sur le fond.

L'alizé souffle très très fort en ce début de saison et depuis plusieurs jours, il est au sud de l'est ; normalement, il devrait souffler de l'est même un peu nord. J'espère qu'il reviendra à sa direction normale bientôt, car il me tarde d'atteindre la Martinique.

Aucun commentaire: